Dernière minute

Mathias HOUNKPE : « Nous nous apprêtons à commencer la phase véritablement politique du mandat du Président »

Mathias HOUNKPE, Politologue

Dans une interview relayée par les médias sous la plume de l’un de nos confrères, Mathias Hounkpè, Politologue et spécialiste dans le renforcement des capacités, la gouvernance et le développement institutionnel fait l’état des lieux de la première année de la gouvernance de Patrice Talon et  analyse les raisons du rejet du projet de révision de la Constitution.

Quel bilan faites-vous alors de l’an 1 de la gouvernance de Patrice Talon?

Mathias HOUNKPÈ : Disons que quelques actions appréciables notables ont marqué le début du mandat. Mais il faut noter surtout que beaucoup d’actions de préparation du terrain ont été privilégiées. Et le vrai jeu devrait commencer à partir de maintenant. Si je n’avais qu’une priorité à suggérer au Chef de l’Etat, je citerai volontiers l’amélioration de l’environnement économique et des conditions de vie des populations

 Les députés ont rejeté le projet de révision de la Constitution du introduit à l’Assemblée nationale par le gouvernement ce mardi 4 avril 2017; quelle lecture en faifaites-vous

À l’analyse, nous pouvons dire que les désaccords sur le projet soumis par le gouvernement, aussi bien sur la forme que sur le fond, ont fini par amener des députés à préférer le rejet du texte. Naturellement d’autres raisons, notamment politiques, ont pu également contribuer à expliquer ce vote : le règlement des conflits politiques découlant de la première année de gestion politique du pouvoir par le président Talon a certainement pesé lourd dans le choix du rejet.

Plusieurs gouvernements ont essayé la révision, mais la résistance est toujours là …

Si la résistance est toujours là, les raisons qui la justifient, quant à elles ont varié dans le temps. Deux fois c’étaient l’opportunité, une fois le conflit d’intérêt et le manque de consensus et cette dernière fois c’est principalement la qualité du texte proposé et les suspicions autour de la démarche qui peuvent être retenus comme causes principales.

Le gouvernement a-t-il des chances de voir son projet adopté prochainement même si les étapes de la procédure sont respectées ?

À mon avis c’est possible si le gouvernement se donne les moyens d’apporter des améliorations nécessaires au texte.  Nous pouvons citer par exemple,

 – la question des immunités et du traitement des gouvernants devant la justice ;

 – La question de l’indépendance des institutions de contrepoids

 – La question de la durée et du nombre de mandats des élus ;

 – La question des partis politiques, et j’en passe….

Ceci dit, nous nous apprêtons à commencer avec le président Patrice Talon, la phase véritablement politique  (ce dont il a été assez épargné jusque-là) du mandat du président de la République. Et ça ajoute de l’incertitude à la dynamique devant les propositions de réformes du gouvernement

*Propos recueillis par Marc Gbaguidi*

Ulvaeus BALOGOUN

Journaliste Multimédia, DIRECTEUR GENERAL

Un commentaire

  1. C’est aussi ça la rupture dont vous parlez. Du régret plus tôt.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

%d blogueurs aiment cette page :